Serveur Minecraft francophone JcJ, JdR, Factions (PvP, RP, Factions)
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le grand RP

Aller en bas 
AuteurMessage
SaintNicolas
Roi du forum
avatar

Messages : 1409
Date d'inscription : 22/11/2011
Age : 20
Localisation : Embrosia

MessageSujet: Le grand RP   Dim 3 Nov - 23:04

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je vous propose d'écrire un grand RP à plusieurs.
Les règles sont :
- Être en rapport avec ce qui a déjà été écrit,
- L'histoire se passe en Anarion, est fictive et dans un contexte actuel,
- Corrigez-vous bien avant de poster,
- Ne critiquez pas les autres,
- Pour poster des commentaires sur le RP, écrivez en italique, tandis que les RP seront en écrirure romaine (sauf pour les citations en langues étrangères),
- Amusez-vous bien !

_______________________________________________________________________

Le soleil se couchait sur mon royaume, alors qu'Alizarine toute entière était en fête, car comme chaque mois, nous fêtions un des grands saints embroses, et ce mois-ci, c'était la fête de Saint Mystic. De partout on entendait des cris de joie, des chants traditionnels embroses, tels que « Ô Embrosia lé fioré », qui était la chanson préférée du saint fêté. La messe s'apprêtait à débuter, et toute l'agitation de la ville s'était tue. La ville entière était d'ailleurs réunie dans la cathédrale comble, ou presque, car je n'étais pas encore arrivé. Au moment où disparaitrait le soleil, je devrais débuter mon discours. J'avais déjà revêtu ma tenue de cérémonies, et j'allais prendre une voiture pour la cathédrale. Pendant le trajet, j'admirais ma ville comme je ne l'avais jamais fait, les effluves embaumés des repas festifs, les petites et sombres ruelles desquelles on pouvait entrer dans un des nombreux foyers embroses, et la grâce de Gana qui régnait sur cette ville merveilleuse. L'admiration était terminée. Je descendis de ma voiture et je pénétrai dans la cathédrale, marchai jusqu'au chœur, que j'atteignis au moment où le soleil disparut.
« Juiodiuu, Embrosia lé filios äc filias. Embramo ägxer xe diuu finä torlaré lé Sï Mistic…»
Un bruit m'interrompit, c'était Ahménosis qui était devant la cathédrale, car par respect pour mon peuple, il n'y entrait pas depuis que nous étions alliés. Je sortis de la cathédrale, et il me murmura quelques mots à l'oreille à propos d'un grave problème. Je revins dans la cathédrale pour continuer la messe, car il n'y a pas meilleur moyen de gagner une guerre que d'avoir son dieu avec soi.
La messe terminée, je me rendis au palais sur mon plus vif cheval, pour y retrouver le pharaon qui m'attendait. Il fallait bien se préparer car ce qu'il se passerait à la réunion des chefs de factions risquerait de renforcer plus que ne l'était déjà la guerre.



Ô Embrosia lé fioré : Ô fleur d'Embrosia
Juiodiuu, Embrosia lé filios äc filias. Embramo ägxer xe diuu finä torlaré lé Sï Mistic… : Bonjour, fils et filles d'Embrosia. Nous sommes ensembles aujourd'hui pour parler de Saint Mystic…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mailto:NiCoLaS4658@gmail.com
Mineur_kortex
Petit habitué
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part dans cette dimension

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 4 Jan - 14:09

Alors que les dirigeants des différents royaumes peuplant Anarion se mettaient en place autour de la table du Conseil, les cloches de la vile sonnèrent. Elles tintèrent à cinq reprises. Le saint Roy et le Jarl Skhaanorik perdirent toutes couleurs sur leur visage. Cela ne pouvais signifier qu’une seule chose, la Peste ! Le saint Roy ordonna la fermeture des portes de la ville ainsi que celle du palais. Il convoqua le guérisseur qui examina le cadavre et dit à ses soldats de brûler la maison avec le cadavre et de mettre toutes personnes ayant été en contact avec lui en quarantaine. Les seigneurs s’énervaient, ils ne comprenaient pas ce qui ce passe et croyaient à un piège de la part du saint Roy. Suite à la fermeture des portes de la ville et à l’arrestation des proches du mort, des émeutes éclatèrent en plein centre-ville. Un messager vint annoncer que le guérisseur succomba durant une émeute en tentant de rejoindre le palais et que les gardes étaient débordés, ils n’arrivaient plus à contenir les foules qui tentèrent de sortir de la ville ou d’investir le palais. L’anarchie s’installait petit à petit sur Alizarine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mineur_kortex
Petit habitué
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 05/10/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part dans cette dimension

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 4 Jan - 14:11

Il faudrait que le prochain à écrit fasse mourir Nico et répandre la peste dans tout Anarion (Ahmosis, Irillis, Koshaimas ne connaissent pas la peste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekari
Petit habitué
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 25/09/2013
Age : 21
Localisation : Loire-Atlantique (44)

MessageSujet: Re: Le grand RP   Dim 19 Jan - 11:09

La mort du Saint Roy retentissait dans tout Anarion ( [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ) désormais, la maladie qui venait de l'abattre, se répandait telle l'annonce de la mort du Roy, lorsque les gens entraient en contact.
Notre Pharaon n'avait pas pu se joindre à la Saint Mystic fêtée à Alizarine, s'étant retiré pour aller prier nos dieux.
Debout, derrière les meurtrières de notre muraille, je regardait le soleil levant. Je ne remarqua pas tout de suite les petites formes au loin. Mais lorsque ces ombres, qui avançaient à toute allure vers notre muraille, devinrent plus apparente, je remarque que c'était deux guerrier de l'Entente, sur des chevaux. Je me précipitai d'aller ouvrir notre porte, pour accueillir nos alliés.
Leur visage à l'expression grave, ne signifiait rien de bon … Encore moins que le visage du guerrier qui était venu m'annoncer la mort de son Roy.

L'un des deux m’adressa la parole, essouflé :
- Conseiller Sekari … La … La maladie frappe Alizarine … Et elle …
Remarquant sa difficulté à parler, je l'interrompit :
- Prenez votre temps, soldat, je ne comprend pas grand chose à ce que vous me dites
- Excusez moi …
Tandis qu'il reprenait son souffle, celui qui l'accompagnait attacha leurs chevaux autour d'un de nos anneaux en ferraille qui était prévu pour cela
- Voilà, me dit-il Après la Saint Mystic, un villageois Embrose est mort de la maladie, ça s'est déroulé si vite … Ensuite il y a eu feu SaintNicolas, et maintenant de plus en plus de personnes sont atteintes de cette maladie, Nous venons ici pour vous prévenir, vous et vos villages Ahmôse
Je regardait derrière moi, où s'attroupait peu à peu des villageois, à l'air interrogatif, qui cherchaient à comprendre la situation.
Je tourna la tête vers nos deux invités :
- Avez vous prévenu les Koshaïmas ?
Celui qui n'avait pas encore parlé jusqu'à présent ouvrit la bouche pour la première fois
- Je suis un Koshaïmas, du nom de Senseï Tofao. J'ai envoyé mon oiseau messager pour prévenir notre dirigeant. Ils seront au courant. Vous êtes les seuls que nous avions à prévenir en venant ici à cheval.
- Bien, lui répondis-je. Avez-vous à faire autre-part ?
- Oui. Nous avons des hameaux à prévenir, qui sont loin d'ici.
- Dans ce cas, allez-y maintenant, que Neferyût et Isimêt  veillent sur vous, braves Soldats

Il remontèrent à cheval, et cette fois-ci ce fût un autre guerrier qui leur ouvrirent la porte. Ils partirent vite, après que je leurs ai offert du pain et de l'eau.

_________________
« Le corps d'un homme est plus vaste que le grenier de Pharaon. Il est rempli de diverse réponses : Choisis ce qui est bon à dire, et que la mauvaise parole reste prisonnière de ton corps. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verdigris
Petit habitué
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 24/09/2013
Age : 21
Localisation : France, Loire-Atlantique (44)

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 25 Jan - 14:39

Où sont ces satanés fossiles !? A ce rythme là, tout le monde aura succombé avant même que je n'ai trouvé le premier... Cela faisait déjà une journée que j'arpentais ces cavernes sombres et humides, des bâtonnets de dynamite sous un bras et une torche dans la main opposées, à la recherche de ces satanées raclures d'eau. Pourquoi ? C'est une bien longue histoire...

-"Verdigrieb !"
C'est la voix de Sekari. D'habitude il respecte scrupuleusement les salutations traditionnelles Ahmôses... Il doit y avoir une urgence. Je sortis prestement de ma demeure afin d'aller à sa rencontre à l'extérieur.
-"Verdigrieb, te voilà !" m'apostropha Sekari.
-"Que se passe-t-il de si grave !?" demandais-je d'un voix anxieuse.
-"Une épidémie menace Anarion ! Pour l'instant, seul les Embroses sont touchés, mais impossible d'instaurer un quarantaine sur Alizarine, c'est le chaos là-bas ! Nous allons donc fermer les portes de la ville jusqu'à nouvel ordre à tous les étrangers et Embroses suspects."
-"Quelle est cette maladie !? Et... Qu'attends-tu de moi ?"
-"Ils la nomme la Peste, je n'en sais pas plus. Et justement, peut-être pourrais-tu effectuer des recherches afin de permettre aux Anariens de combattre ce mal étrange ?"

Sekari disparût aussi subitement qu'il était apparu, il partait annoncer la nouvelle, me dit-il, à tous les citoyens de Bekhen maintenant que Khepera était avertie. De mon côté, je me dirigeai vers la Grande Bibliothèque de la mairie afin d'en apprendre plus. Après une soirée entière à chercher cette maladie dans encyclopédies et autres manuels de santé, rien,  aucune information notable ne m'apparu. Je m'apprêtais à quitter cet endroit lorsque je me souvins d'une chose : j'avais, à mon arrivée, commencé à étudier les textes de l'Ancienne Epoque. Si mes souvenirs étaient exacts, l'un d'eux aurait pu être très utile.

C'était bien le cas : un de ces vieux livres contenait toutes sortes de renseignement à propos de nombreuses maladies connues il y a quelques milliers d'années. Je cherchais une affection ayant des symptômes similaires à ceux de notre Peste. Et, à l'aube, me recherche s'était finalement avérée fructueuse. Plusieurs pages très détaillées parlait d'un syndrome nommé "Pestilentia". J'avais tout : troubles causés, remèdes, lieux et époques des cas les plus graves, etc... Ce qui m'intéressais le plus était bien sûr le remède. Apparemment, deux remèdes avait été inventés pour repousser la Peste. Ils semblaient efficace uniquement à très forte dose, sinon leurs effets n'étaient que préventif et ne permettait pas de soigner l'individu déjà atteint. J'appris aussi que les deux médicaments ne s'étaient jamais "rencontrés", leur régions de création et de distribution étaient très éloignées l'une de l'autre, c'est donc seulement après les grandes épidémies que des scientifiques découvrir que leur efficacité était décuplée lorsque l'on combinait les deux potions. Je devait donc me procurer de quoi faire ce "super-remède".

Les ingrédients du premier : salive de raclure d'eau (10 mL par dose), poudre de pierrouge (10 g par dose), pastèque scintillante (1/4 par dose), verrue du Nether (5 g par dose) puis remplir jusqu'à atteindre 50 mL par dose avec de l'eau pure. Et ceux du second : perles de raclures d'eau (1/4 par dose), poudre de lapis-lazuli (5 g par dose), poudre de luminite (10 g par dose), verrue du Nether (10 g par dose) puis remplir jusqu'à atteindre 50 mL avec de l'eau légèrement salée (concentration en sel de 1g/L).
Les raclures d'eau ? Qu'est-ce que c'est ? C'était le seul ingrédient qui me posait problème. Je n'avais jamais entendu parlé de cela. Cette chose avait un autre nom : Krusts des rivières. Cela ne me disait rien non plus. Retour à la case départ, je vais devoir continuer à vivre tel un rat de bibliothèque pendant quelques temps...

Raclure d'eau : mollusque géant, pouvant apparaître spontanément dans une nappe de pétrole ou d'huile de baleine situés dans les eaux impures. Cette espèce est hermaphrodite mais ne se reproduit pas. Ces animaux sont extrêmement agressifs et n'hésitent pas à asperger de salive corrosive quiconque passe à proximité (ils possèdent des détecteurs sensoriels). Les raclures d'eau se développent sur leur tégument et sont immobiles. celui-ci grossit en même temps que la raclure d'eau. A l'extérieur, les raclure d'eau sont protégés par une coquille robuste qu'il est quasiment impossible d'ébrécher. A l'intérieur, la chair tendre et vulnérable durant les attaques de salive, renferme une perle qui se développe tout au long de la vie des raclures d'eau ainsi qu'une poche contenant une réserve de salive acide se renouvelant en permanence. Lorsque les raclures d'eaux meurent de vieillesse, leur coquille se ferme hermétiquement, afin de protéger leur précieuse perle ainsi que leur salive, tout autant recherchée, pour ses vertus médicinales. C'est une espèce en voie de disparition, les derniers spécimens se trouvent dans des grottes humides et généralement profondes. La disparition des baleines qui produisaient l'huile nécessaire à leur développement sur les bords de mer est l'un des facteurs principales de cette extinction, avec le braconnage, dû à la grande valeur des perles et de la salive.

Cela veut donc dire que je vais chercher des fossiles de raclures d'eau : à l'Ancienne Epoque ils n'avait pas d'explosifs pour percer les coquilles hermétiquement fermées ! Heureusement que les Koshaïmas ont cette brillante inventivité qui nous a permis d'acquérir de nombreuses technologies.. Dont la TNT. J'ai assez de réserve de poudre à canon chez moi pour partir à la chasse au fossile ! Mais d'abord, un petit repos s'impose, depuis l'annonce de Sekari, hier midi, je n'ai pas fermé l'œil.
Et voilà comment je me suis retrouvé ici. Je ne pouvais pas simplement donné la recette à Pharaon en disant "Hey c'est le remède miracle pour la Peste !" En tant que scientifique, je dois expérimenté, sinon je ne pourrais pas être sûr de l'efficacité de l'élixir. Je vais récolter assez de raclure d'eau pour faire une vingtaine de tests parmi les Embroses contaminés, après seulement, je dévoilerais mes résultats et je fournirais le médicament à tous nos alliés sous l'accord du Pharaon. En attendant, j'en suis toujours à marcher dans la boue, à chercher ces maudites coquilles. J'espère que l'épidémie se propagera lentement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saphirone
Empereur du forum
avatar

Messages : 1735
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 21
Localisation : En train de contempler les champs de batailles.

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 25 Jan - 14:46

Content de voir un autre fan de Dishonored.


_________________
"Aujourd'hui on s'en étonne, mais dans son histoire, l'homme a toujours impressioné par sa capacité a tuer sans avoir besoin de raison."

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
"Le devoir ne cesse que dans la mort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/Saphirone67#video=xq07ri
Saphirone
Empereur du forum
avatar

Messages : 1735
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 21
Localisation : En train de contempler les champs de batailles.

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 25 Jan - 16:51

Il vérifia sa lame encore une fois.
Sa vie dépendra de ses armes.

L'air était lourd et pesant dans la cabine, mais rien ne semblait pouvoir le dérangé ou le troublé. L'épée d'acier miroita à la lueur de la chandelle, et il y vit son reflet, et son visage.
Un son de cloche se fit entendre, et le visage dans la lame disparu sous un masque de cuir, cachant les yeux d'un vert spectrale sous deux ronds de verre.
Il plongea la main dans sa sacoche, et sortit un rond d’acier de deux centimètres d’épaisseur creux qu’il fixa à un petit tube en acier au niveau de sa bouche.
Il inspira, et sentit l’air passé par le tube. Il n’avait plus qu’à espérer que la Section savait ce qu’elle faisait, et que la plante fongique à l’intérieur ferait son boulot. Une fois sûr que le filtre tenait bien en place, il se leva, rangea son épée et passa son arc en bandoulière par-dessus son épaule droite et sortit sur le pont.
D’autres hommes en uniforme de cuir noir portant le même masque s’activait sur le pont, tandis que des nuages passaient autour du vaisseau. Il se demandait encore comment la Section avait pu leur dégoter un dirigeable de Skaahnorik, mais à vrai dire il s’en fichait, du moment que ça remplissait son office.
La cloche se fit de nouveau entendre, sonnant le rassemblement.
Il s’approcha du bord droit et s’accouda à la rambarde, ses camarades en tenue firent de même.
Un des hommes à sa droite prit la parole, la voix déformé par le masque.
- Bon écoutez-moi, on va être largué en plein milieu de la zone infesté, je rappelle nos objectifs : on trouve la source, on la détruit ou on l’enterre, et on élimine les témoins. Des questions ?
- Est-ce que ces masques sont vraiment efficaces ?
- La Section n’enverrait pas 5 membres de la Garde Abyssale sans être sûr que notre matériel fonctionne, ils leur ont fait subir une batterie de test, donc oui tu ne crains rien. Le virus infecte par voie respiratoire et ce masque est le meilleur moyen pour respirer sans choper la crève, le champignon à l’intérieur retiendra les miasmes empoisonné et le virus. C’est tout ?

Plus personne ne répondit.
- Alors on y va. Saut groupé.
Comme un seul homme, les 4 soldats d’élites montèrent sur la rambarde, tandis que l’un d’eux restait à bord pour manœuvrer le zeppelin et leur fournir une porte de sortie.
- En avant !
Et ils sautèrent dans le vide.
La chute dura une dizaine de secondes, et ils chutèrent sur plus de 900 mètres avant d’agripper la poignée de leur sac à dos, ouvrant le parachute en toile.
Les 4 hommes atterrirent ensemble au lieu indiqué, s’espaçant parfois de plusieurs mètres mais tous atterrirent sain et sauf sur le sol.
Ils lestèrent leur parachute en les enroulant autour d’une pierre et les jetèrent dans un ravin proche, la zone montagneuse en était remplit.
Ils dégainèrent leurs arcs et l’homme qui avait mené la discussion sur le zeppelin leva la main devant son filtre et fit signe à ses camarades que désormais ils communiqueraient par signe.
Ils progressèrent discrètement à travers la montagne, si les calculs de la Section étaient corrects, la cible se trouvait à 200 mètres de la zone d’atterrissage au nord.
Ils finirent par trouver les premiers signes de traces humaines au bout de quelques minutes.
Le campement se trouvait dans un petit creux de montagne, en contrebas de leur position.
Ils s’allongèrent sur le bord de la falaise, et cherchèrent du regard d’éventuels mouvements dans le campement, mais rien ne bougea au milieu des tentes déchirés.
Le chef de l’unité fit un bref signe de la main, avertissant ses hommes de descendre la montagne. Ils entreprirent de descendre discrètement dans le creux de montagne, et finirent par arriver a l’arrière du camp.
Ils prirent leurs arcs en main, tous leurs sens en alerte.
Le filtre les empêchait de sentir quoi que ce soit, mais ils pouvaient encore entendre, et ce fut les plaintes lugubres qu’ils entendirent en premier.
Ils se plaquèrent contre des tentes, se cachant de l’origine du bruit qui arrivait devant eux.
L’un des hommes risqua un coup d’œil de derrière la tente où i les dissimulait, et vit un cadavre. En état de décomposition depuis plusieurs jours, des miasmes verts s’échappant du corps, mais il n’y avait même pas une mouche ou un charognard qui semblait y avoir touché.
Le bruit se fit de plus en plus proche, et il le vit au moment où il se remit complétement a couvert.
Un homme a la peau verdâtre, des moisissures sur les bras et des bubons déformait son visage au point de difficilement reconnaitre que c’était autrefois un humain et il trainait une jambe enflé où il avait difficilement appuie.
Un pestiféré.
La Section les en avait informés. Selon les analyses qu’ils ont tiré des documents anciens, dans 80% des cas le virus étaient mortel, et aucune rémission n’était possible de manière naturelle. Mais pour le reste des personnes infectées, le virus les empoisonnait et déformé le corps pour créer de nouvelles souches de virus.
Il allait falloir bruler ce transmetteur de maladie ambulant après.
Le leader du groupe désigna du pouce depuis sa cachette le pestiféré qui s’attardait sur le cadavre, leur tournant le dos. L’homme qui avait observé le pestiféré depuis sa cachette hocha la tête, et accrocha  une flèche à son arc tout en tendant la corde.
Il se mit à découvert, et relâcha la corde la seconde qui suivit. Le pestiféré ne remarqua même pas le bruit de la corde a 6 mètres de lui, que la flèche se planta dans son crâne.
Le leader fit signe a ses hommes de continuer en bougeant deux doigts de sa main gauche.
Ils avancèrent discrètement dans le campement, mais ne trouvèrent pas d’autres pestiférées, mais plusieurs cadavres.
Alors qu’ils finirent de faire le tour des lieux, l’un des hommes en armure de cuir noire s’arrêta, et observa la montre jauge a son poignet gauche.
Il remarqua que les cristaux à l’intérieur avaient presque atteint le bas du tube.
Il s’arrêta et sortit un nouveau filtre de sa sacoche, il prit une grande inspiration et détacha celui sur son visage pour placer l’autre.
Il expira quand ce dernier fut mise en place, et plaça le filtre encrassé dans une bourse à l’intérieur de la sacoche.
Il remonta sa montre jauge pour remettre a 15 minutes le temps du filtre, et rejoignit les autres.

- Bon, je dirais qu’on a fait le tour. Zone sécurisé.
- Qu’est-ce qu’on doit chercher ?
- N°3, tu vas allez dans la tente du chef de l’expédition et me trouvait le plan qui mène au site de fouille, les autres vous m’aidez à placer les corps en tas pour qu’on puisse les bruler plus tard.
- A vos ordres N°1.

La grotte s’ouvrait devant eux, et aucun n’hésita a rentré dedans.
Si le plan trouvé dans la tente était bon, c’est là que l’équipe d’archéologue est allé lors des dernières fouilles.
Le leader, utilisant à nouveau son langage muet, s’enfonça dans la grotte en faisant signe aux autres de le suivre en soutien.
Le dernier s’attarda, posant des explosifs incendiaires sur les parois. Ils étaient là pour détruire la source du virus, ils comptaient bien le faire.
Ils avancèrent doucement dans le couloir de fouille, les murs semblait avoir été dénudé, les archéologues avait certainement sorti les fresques pour les envoyer à divers centre archéologique a Kephera ou Embrosia, voir même Amenti, Irilis mettait une priorité à retrouver les sites et temples des Anciens, ils étaient certainement les plus documentés à ce sujet.

Un bruit fit sursauter le leader, quelque chose arrivait en courant vers eux, poussant des plaintes et des cris.
Ils s’arrêtèrent et patientèrent, pour voir un homme débouché du prochain tournant. Ce dernier les aperçut en courant et se mit à pousser des cris.
- Oh mon dieu ! Oh mon dieu ! Sauvez-moi !
- Restez où vous êtes !
- Ils sont derrière moi !
- J’ai dit ne bouger plus !
Mais l’homme ne l’entendit pas de cette oreille et courut vers leur position pour s’effondrer dans les bras de N°2 qui le réceptionna et le posa au sol derrière lui.
Au même moment, plusieurs pestiférés déboulèrent du tournant, et les virent, poussant un cri rauque ils se jetèrent a l’attaque.
- On est grillé ! Utilisé les incendiaires !
Ils armèrent leurs arcs comme un seul homme, les deux à l’avant accroupi pour permettre aux deux autres de tiré leurs flèches par-dessus leurs têtes.
Il y eu une odeur de soufre, et l’enchantement présent dans les arcs alluma la pointe des flèches.
Chaque flèche perça le crane d’un pestiféré.
Les deux derniers brulèrent et s’écroulèrent en courant. L’un d’eux, toujours en feu tenta de se relever, une femme. Le leader réarma son arc et lui embrocha le crane sans broncher d’une nouvelle flèche.
Le feu commença à s’éteindre, tant la combustion des pestiférés était rapide.
- Ok, finit la discrétion, on avance plus vite mais on reste prudent. N°2 et N°3, vous allez vérifier ce tournant, surveillé vos filtres.
Il se tourna vers l’homme qu’ils venaient de sauver, et s’en approcha avec n°4.
L’archéologue était en piteuse état, allongé contre le mur, il ne semblait pas blessé mais il était couvert de saletés, et ses vêtements partaient en lambeaux. Il pleurait.
N°4 regarda son chef, lui posant une question silencieuse.
- Lui aussi.
L’archéologue leva la tête, et N°4 lui trancha la gorge d’un coup d’épée.
-N°4, tu poses tes charges incendiaires, si possible près du corps et tu nous rejoins.
- Oui chef.
L’archéologue avait été surement infecté de toute façon.
Le leader prit son arc et encocha une flèche tout en rejoignant N°2 et N°3.
Il les rejoignit à l’entrée d’une grande salle.
- On dirait que c’est ici N°1.
Ils entrèrent dans la salle, et l’évidence que ce site avait été autrefois un laboratoire d’alchimie leur sauta aux yeux. Des instruments à combustion, des fioles emprisonné sous les plantes qui avait repris possession du lieu…
- N°1, nos montres.
Il regarda sa montre et vit que la jauge descendait bien plus vite qu’avant. Il ne fallait pas trop s’attarder ici, leurs filtres allaient durer beaucoup moins longtemps.
- Ok tout le monde, il y a assez de végétation ici pour cramer toute cette saloperie de virus, posé vos propres charges incendiaires, N°4 a dû utiliser toutes les siennes pour piéger le couloir. On retourne ensuite sur nos pas pour bruler le campement.

Les charges furent placées le plus vite possible, avec 5 charges incendiaires dans la chambre du virus de la peste, ils étaient certains de s’en débarrasser.
10 minutes plus tard, soit 50 minutes après le début de l’opération, le campement et tout ce qu’il contenait était la proie des flammes, tandis que l’intérieur de la montagne s’écroulait sur la chambre en proie aux flammes. L’équipe grimpa dans le zeppelin les ramenant chez eux.

Le zeppelin explosa au-dessus de l’océan.

L’équipe de choc sauta juste avant l’explosion, pour effacer leurs traces.
Ils se libérèrent de leurs parachutes une fois dans l’eau, et attendirent patiemment tous les 5 en nageant sur place au milieu de la mer calme.
Un bateau arriva après 15 minutes d’attente, et les prit à son bord.
Ils enlevèrent leurs masques et leurs combinaisons, et N°1 fut aborder par un homme en tenue blanche.
- Au rapport.
- Mission accomplit. La souche a été détruite. Aucune perte.
- Alors c’est parfait.
- Sauf votre respect, est-ce que la Section a des pistes pour trouver un antidote ?
- Pas à Amenti en tout cas.
- Je ne comprends pas…
- Vous avez remplit votre rôle, vous pouvez reprendre votre service parmi la garde d’élite de la reine.
- Vous allez laisser ce virus se développé ???
- Je n’ai pas dit ça. L’équipe archéologique avait été envoyée par le congrès d’Histoire, basé à Kephera, Amenti et Koshaïmas, ils ont lâché le virus par inadvertance. Nous avons des contacts dissimulés a Kephera qui nous ont informé qu’un scientifique semble avoir déjà trouvé des pistes pour un antidote.
- Devrons nous le lui volé ?
- Non, ce serait contreproductif pour Irilis qu’un tel virus reste lâché dans la nature, même pour nous débarrassez de nos ennemis nous ne pouvons pas prendre de risque. Laissons le finir son remède et éradiqué le virus en territoire Ahmose, nous pourrons toujours envisager de prendre des échantillons du remède si par malheur une de nos villes venait à être touché.
- Je comprends monsieur.
- Vous avez fait du beau travail, c’est à notre collègue malgré lui de joué, bien qu’il ignore encore le rôle que nous lui donnons.

L’ embarcation partit toutes voiles dehors, vers Amenti.

_________________
"Aujourd'hui on s'en étonne, mais dans son histoire, l'homme a toujours impressioné par sa capacité a tuer sans avoir besoin de raison."

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
"Le devoir ne cesse que dans la mort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.dailymotion.com/Saphirone67#video=xq07ri
Verdigris
Petit habitué
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 24/09/2013
Age : 21
Localisation : France, Loire-Atlantique (44)

MessageSujet: Re: Le grand RP   Sam 22 Fév - 21:43

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (à écouter en lisant)

Je revenais, ma besace chargée des ingrédients nécessaires à la fabrication du remède. Enfin, après plusieurs jours de recherches, je pouvais sauver Anarion ! Il me fallut une journée supplémentaire pour rallier Khepera. Une fois cette longue traversée en solitaire accomplie, je vis les portes de Khepera ouverte. Quelqu'un sortait. C'était Sekari sur sa monture, il allait à vive allure mais s'arrêta à ma hauteur. Un grand sourire sur le visage, je lui dit :

-"Me voilà de retour cher Sekari ! Voilà de quoi éradiquer cette maudite peste !"
-"La peste ? Elle a déjà disparue, c'est le cadet de nos soucis désormais !" me dit Sekari vivement.
-"Ah ? Peut-être était-ce une forme moins résistante que celle d'autre fois...!" répondis-je pensif.
-"Écoutes, je suis pressé. Je dois y aller !"

Je me tournai alors vers le visage de Sekari. Une expression de détresse profonde se lisait sur son visage, bien pire que lorsqu'il m'avait annoncé l'apparition de la peste. L'euphorie m'avait empêché de le remarquer plus tôt.

-"Que se passe-t-il !?' m'empressais-je de demander.
-"ll y a eu une rébellion des Embroses."
-"Comment ça ? N'étions nous pas en bon terme dernièrement ? Et en plus, nous allions négocier leur liberté bientôt je croyais !? Je croyais aussi que le temps de l'opposition entre la Lumière et les Ténèbres était révolu !?" m'affolais-je.
-"Nous n'avons pas le temps pour discuter Verdigrieb !" hurla Sekari.

Un long silence suivit. Sekari repris enfin :

-"Nous ne savons pas ce qui s'est passé mais les Embroses alliés au Skäahnores et aux Iriliens, qui sont plus déterminés que jamais à nous vaincre vont semer le chaos et la destruction à travers tout Anarion ! Tu comprends !"

Pourquoi !? Me dis-je. Le même sentiment de désarroi que Sekari éprouvait m'envahit alors. Des larmes commencèrent à perler, le long des joues de Sekari. Je les vis et sans même en savoir la raison, un nœud se forma au fond de ma propre gorge.

-"Nous sommes perdus Verdi... Le Pharaon... Il est partis."

Tout s'effondra autour de moins. J'étais seul, au milieu du vide, le désespoir s'insinuant petit à petit en moi. Les paroles de Sekari me ramenèrent à la réalité.

-"Nous ne savons pas où il est ni pourquoi il nous a quitté... Ce qui est sûr c'est que nous sommes condamnés. Tous." me dévoila-t-il en sanglotant."

Plus grand accablement ne pu toucher un homme en un instant. Tout venait de m'atterrir brutalement en pleine figure. Le plus dur était de réaliser tout ce que cela impliquait. C'est la fin.

-"Je part vers Bekhen, pour ramener tout le monde ici, où nous formerons l'ultime bastion de la résistance de Lumière." dis finalement Sekari, reprenant du mieux qu'il pouvait son ton solennel."
-"Et les Koshaïmas ?" questionnais-je.
-"Nous sommes entrés en contact avec eux, ils souhaitent rester jusqu'au bout sur la terre de leur ancêtre. Nous ne les reverrons plus. Je dois y aller, j'essayerais de revenir sous peu. Mais si jamais il m'arrivait quelque chose : Adieu."

Sur ces paroles, Sekari fila comme le vent vers la ville de la sagesse sans que je pu prononcer un mot supplémentaire. Le soleil couchant m’empêcha de regarder sa silhouette s'éloigner plus longtemps. Totalement dépité, je restais immobile, au comble du désespoir. La froideur de la nuit me fit recouvrer mes esprits et je rentrais ainsi à l'intérieur de Khepera. Personne dans les rues. J’atteins enfin ma maison et en m'allongeant sur le lit, j'entrai soudainement dans une profonde torpeur.

Ma nuit fut plus qu'agitée. Au réveil, je me souvins des nombreuses choses dont j'avais rêvé. Je voyais réunis nos dieux Isimêt, Neferyût et Ahmôsis ainsi que notre regretté Pharaon Ahmenosis II. Ahmenosis quitta la petite assemblée, sans dévoiler son visage. Je vis simplement une goutte tomber parterre tandis qu'il nous faisait dos. Neferyût, allongé, paraissait bien affaibli. L’affliction terrassait Ahmôsis qui s'assombrit tandis qu'Isimêt pleurait à torrent. Que se passe-t-il !?

J'essayais de donner une signification à cette vision. Le départ de Pharaon semblait être le cause de notre dénuement et de celui de nos vénérés dieux. Sans lui, personne pour nous mener à la guerre, Neferyût ne pouvait nous faire triompher à lui seul ! Sans lui, personne pour nous guider, Ahmôsis ne pouvait nous montrer le chemin à lui seul ! Sans lui, personne pour bénir nos récoltes et ensemencer le Nil, Isimêt ne pouvait nous abreuver à elle seule !

La faible luminosité me fit penser que je m'étais levé à l'aube, mais regardant au dehors, je vis que le soleil se situait en réalité à son zénith. Ma prémonition s'était donc réalisée ! Ahmôsis était donc bien en train de faiblir. Il devait en être de même pour Isimêt et Neferyût... Nous allons donc bientôt périr. Un peuple sans chef, sans loi est voué au chaos... Mais pas Ahmôsis. Je me rendis à l'extérieur afin de vérifier par moi-même l'état de la ville. Pas de famille désespérée quittant à toute hâte sa demeure, pas de gardes tentant d'arrêter des voleurs qui avaient pillés une personne dans le désarroi. Ici, tous priaient devant temples, statues et demeures du Pharaon. Je fis comme eux, ayant perdu tout espoir de pouvoir sauver qui que ce soit.

Je croyais que nous allions nous faire tous tuer par l'ennemi. Un pays sans guide et une jeune nation dont la plupart des guerriers sont inexpérimentés ne résisteraient pas longtemps face à l'alliance de trois factions enhardies et débordantes de rage. Mais maintenant j'entrevoyais un tout autre futur. Le soleil déclinant et l'eau s'évaporant, il n'y aurait bientôt plus de végétaux sur notre région Anarienne. Cette disparition de verdure causerait inéluctablement la perte de notre bétail et ainsi notre mort à tous. Neferyût nous ayant arraché tout envie de nous battre... Contre la mort. Les dieux avaient fait le bon choix. Plutôt mourir tous ensembles que de nous entre-tuer en semant le chaos et la destruction. Peut-être que lorsque les dieux retrouveront leur vigueur, nos corps permettront de rendre les terres à nouveau fertiles afin de permettre à de nouvelles civilisations de s'établir sur nos vestiges du passé. Notre ruine servira à la prospérité d'autres peuples ! Quelle belle idée...

Le ciel s'assombrissait de plus en plus. Les ténèbres gagnaient. La seule chose qui me restait à faire en attendant la mort était de narrer mon histoire et celle d'Anarion. Qu'elle divertisse les peuples futurs ! Qu'elle enrichisse leur savoir ! Qu'elle leur serve de leçon !

À vous, lecteur. N'oubliez pas : Vae Victis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand RP
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WoW : Arena Grand mêlée
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» [CDA#1 WHB] Homme bêtes [Le grand Brame de Mordoskull]
» DragoOn Grand Voivode des Drag'ors Bleus de Commoragh
» Grand-Schtroumpfs devenu air (lvl 165)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vae Victis Minecraft :: Anarion: une terre, une vie (Zone JdR) :: Zone JdR Libre-
Sauter vers: